Archives mensuelles : septembre 2014

Vox populi c’est fini, Mériguet au taquet !

Le PCF et le Front de Gauche avaient demandé la dissolution de Vox Populi lors de voeux adoptés lors de conseils municipaux à Saint Pierre des Corps et à Tours, nous étions les premiers à vous annoncer la mise hors ligne de leur site internet (mais l’abonnement au nom de domaine n’est pas résilié à ce jour), Vox Populi c’est fini  :

Mais qu’est-ce qui a poussé Pierre-Louis Mériguet à dissoudre Vox Populi ? En partie l’action énergique du CAT mais pour l’essentiel il s’agit surtout de visées égoïstes et électoralistes…

De Vox populi au RBM, du RBM au FN

Souvenez-vous, en septembre dernier un certain nombre de cadres identitaires dont  P. Vardon (Président de Nissa Rebella, groupe niçois du Bloc Identitaire) adhéraient au RBM avant de voir leur adhésion annulée par Marine Le Pen sauf… Pierre-Louis Mériguet. Pourtant le médiatique Gilbert Collard (ténor de la lutte contre cette infiltration trop voyante) informé de l’adhésion de Mériguet n’a pas souhaité donner suite : ” envoyez moi un dossier ” … Pourtant Mériguet restait président de Vox populi alors que Vardon avait démissionné de Nissa Rebella !

Pour adhérer au FN, il fallait faire preuve d’allégeance donc dissoudre Vox Populi sinon végéter dans la coquille vide RBM avec des individus passionnants et charismatiques tels que Jean-Guy Protin… Mériguet s’est rapidement vue récompensé :

Prudent, le compte twitter n’a pas été supprimé, il est même encore actif mais ne publie plus que du contenu acceptable :

Bref, Mériguet semble copier la stratégie de dédiabolisation qui a provisoirement et partiellement réussi à Marine Le Pen…

Mériguet sort du bois : la récupération de l’assassinat d’Hervé Gourdel.

Longtemps connu sous le pseudo Louis Dubois avant que les antifascistes ne révèlent l’imposture, Pierre-Louis Mériguet  aspire à nouveau à un certain anonymat et signe donc ses courriels Thomas Dupond (cette fois ci, sans aucun rapport avec ses noms et prénoms). Car c’est bien Mériguet qui a tenu la vedette ce dimanche soir lors du rassemblement hommage à Hervé Gourdel d’une trentaine de personnes devant la mairie  entre 19h30 et 20h30 ; rassemblement qui avait été appelé via les médias sociaux à l’aide d’une affiche unique personnalisée par ville, affiche largement diffusée par le FN et les Identitaires :

Les ex Vox Populi étaient bien présents, les autres participant-es étaient de la droite catholique ultra comme le démontraient la présence des drapeaux de la Manif Pour Tous. Il faut noter la présence de Yves Desrousseaux, ancien cadre supérieur d’EDF (délégué général de la branche Amérique d’EDF) aujourd’hui retraité :

Cet ancien élu UMP de la précédente mandature à la Communauté de Communes du Grand Ligueillois fait partie du même réseau militant que Ghislain Caillaud et son père (actuel vice président chargé de l’économie et de l’habitat de cette Communauté de Communes), il est donc logique de le retrouver aux côtés de Mériguet qui continue à tisser sa toile non seulement au FN mais aussi dans la frange la plus droitière de l’UMP…

Que penses-tu de cet article ?
  • Très intéressant (0)
  • Intéressant (0)
  • Utile (0)
  • Dispensable (0)
  • Sans intérêt (0)

Articles connexes

84: Guerre scolaire : comment les intégristes s’attaquent à l’école

Dans un contexte national désormais marqué par l’abandon symbolique des très polémiques “ABCD de l’égalité” par le ministère et un contexte local qui a vu le renforcement des ailes réactionnaires par les pouvoirs municipaux en place, les activistes de La Manif Pour Tous ne cessent de gagner du terrain. L’école publique est-elle en train de perdre la guerre scolaire qui s’est engagée ?

L’extrême droite catho est en ébullition depuis la découverte dans l’académie de Nantes d’une fiche de lecture supposément compromettante dont des activistes de La Manif Pour Tous ont su habilement tirer profit sur les réseaux sociaux, au point que la presse a fini elle aussi par s’emparer du sujet devant le buzz créé [1].

Lire la suite sur La Rotative.

 
Que penses-tu de cet article ?
  • Très intéressant (0)
  • Intéressant (0)
  • Utile (0)
  • Dispensable (0)
  • Sans intérêt (0)

Articles connexes

83: Le Rassemblement Bleu Marine tente de prendre Racine en Indre-et-Loire

Marine Le Pen tente d’exploiter son succès médiatique pour faire oublier les échecs des municipalités FN : après le lancement de sections départementales dans le Var, la Loire-Atlantique, Paris et dernièrement le Finistère (06/09), et avant le lancement des sections du Cher (27/09), des Bouches-du-Rhône (04/10), une section Indre-et-Loire du Collectif Racine vient d’être lancée en grande pompe à Tours ce samedi 20 septembre autour de Jean-Guy Protin :

 

Cet instituteur à Velpeau, 48ème aux municipales de 2008 à Tours sur la « Liste d’unité pour le maintien de l’hôpital Clocheville, pour la défense des services publics, de la laïcité et de la démocratie municipale » menée par le social-chauvin Parti des Travailleurs (qui se transforma le 15 juin 2008 en Parti Ouvrier Indépendant), est un adhérent récent du RBM comme le dévoilait Demain Le Grand Soir dans son n°91 (décembre 2013).

Mais qu’est-ce que le Collectif Racine ?

Il a pour origine une tribune parue dans Le Figaro le… 1er mai ( ! ) 2013 : Pour le redressement de l’école ; tribune annonçant la création d’un « Collectif Racine » qui n’est véritablement lancé qu’à la rentrée 2013. Largement surmédiatisé, c’est – à côté du Collectif Marianne (pour les étudiant-es) – un des collectifs fantôme créé par le RBM sur le modèle des cercles corporatistes du FN. Il a pour vocation de rassembler des « enseignants du primaire, du secondaire ou du supérieur, de l’enseignement général et technologique comme professionnel, du public aussi bien que du privé, nous nous engageons, dans le cadre du Rassemblement Bleu Marine, pour le redressement de l’Ecole de la République ». Parmi ces dirigeants, nous retrouvons un certain Emmanuel… Protin (professeur de musique (Académie de Versailles), ex attaché de presse du très réac SNALC-FGAF) mais aussi des élu-es RBM : Gilles Lebreton (Pont-Lévêque), Catherine Rouvier (Aix-en-Provence), etc.

Et en Indre-et-Loire ?

En dehors de Jean-Guy Protin c’est silence radio, d’ailleurs la presse était bien plus présente que les adhérent-es et sympathisant-es de la nouvelle section départementale :

Compte tenu du nombre d’établissement privés dans le département et en particulier hors contrat, il est fort possible que cela ne reste pas longtemps une coquille vide (même si le restant de l’extrême droite a superbement ignoré ce lancement ultra médiatique) :

Pour autant l’unique référence locale d’Alain Avello laisse songeur, notamment si l’on se souvient de sa pratique pédagogique de la chaise  :

Le même Pierre-Louis Mériguet nous apprend d’ailleurs qu’il est passé de la case RBM à la case FN :

Bref, le FN/RBM/Collectif Racine est (vraiment) petit : ne les laissons pas grandir !

Que penses-tu de cet article ?
  • Très intéressant (0)
  • Intéressant (0)
  • Utile (0)
  • Dispensable (0)
  • Sans intérêt (0)

Articles connexes

82: La résistible ascension d’Arturo Le Pen vendredi 19/09 à 20h30

Les Amis du Monde Diplomatique organisent une conférence débat ce vendredi 19 septembre, à 20 h 30, à l’Association Jeunesse Habitat (Foyer des Jeunes Travailleurs), 16, rue Bernard Palissy : «  La résistible ascension d’Arturo Le Pen ».  Avec Gilles Richard, professeur à l’Université de Rennes. Entrée libre.

Que penses-tu de cet article ?
  • Très intéressant (0)
  • Intéressant (0)
  • Utile (0)
  • Dispensable (0)
  • Sans intérêt (0)

9 septembre à 13h30, tribunal de Tours : soutien à l’antifasciste blésois convoqué.

C’est pour sa participation à la manifestation contre Jour De Colère le 06 avril que ce militant est convoqué au tribunal de police (sis dans l’enceinte du tribunal de Tours) le 9 septembre à 14h pour avoir « volontairement dégradé des effets vestimentaires et équipements de maintien de l’ordre de 6 fonctionnaires de police au préjudice du Ministère de l’Intérieur » et d’avoir « dissimulé son visage afin de ne pas être identifié dans des circonstances faisant craindre des atteintes à l’ordre publique ».

Retour en arrière : 2012, l’extrême droite radicale en pleine déconfiture (dans le contexte de montée du FN) tente – à la suite et dans le contexte très favorable de la Manif Pour Tous – de se fédérer. C’est sous la bannière de Jour De Colère (Dies Irae) qu’une improbable coalition de toute l’extrême droite défile à Paris le 26 janvier 2013 : 17.000 à 18.000 militant-es soit la plus grosse manifestation depuis les années 1970 ! Grisés par leur succès, les organisateurs souhaitent rééditer l’exploit au départ dans chaque région et devant leur insuccès total, se limitent à 8 manifestations interrégionales dont une à Tours prévue le 6 avril. Le CAT lance alors une mobilisation dans la foulée du succès de la manifestation du 11 novembre 2013, les néofascistes dépités constatant qu’ils risquent d’être bien moins nombreux que nous décident alors d’annuler (en prétextant des menaces, ce qui a fait rire toute la blogosphère et les réseaux sociaux, y compris et en particulier dans leur propre camp) et de se replier à Nantes pour faire nombre (càd moins de 300 au total). Le CAT décide de maintenir la manifestation pour marquer le terrain : la rue appartient à celles et ceux qui y descendent !

Notre manifestation est un succès mais marque un nouvel épisode dans la répression des mouvements sociaux. Après notamment la manifestation pour le droit des femmes le 08 mars, c’est à notre tour de subir une pression policière bien plus forte que lors du 11 novembre précédent : déploiement visible et agressif de 8 BAC, de 2 fourgons, 3 voitures sans parler d’éventuels renforts… C’est devant le magasin vide de Pierre-Louis Mériguet que la provocation policière qui couvait depuis le début de la manifestation réussit : pour quelques oeufs de peinture verte, c’est un matraquage généralisé générant des ITT, 4 bombones de 500 ml qui sont utilisées sans parler des taseurs et flashball pointés à hauteur de visage à moins de 5 mètres en parfaite infraction des instructions d’utilisation, pourtant fort permissives (la manifestation du 22 février à Nantes contre l’aéroport de Notre Dames des Landes en étant la plus récente illustration). Les manifestant-es et passant-es ayant pris la moindre photo ou vidéo sont systématiquement désignés par l’officier et les policiers en tenue ou en civil (sans brassard) tentent en totale infraction avec les dispositions légales et réglementaires un contrôle d’identité avec saisie des cartes mémoires. Cet épisode violent aurait naturellement nécessité la saisine de l’IGPN mais le CAT tout comme les manifestant-es présent-es n’a évidemment aucune confiance dans les forces de l’ordre. La manifestation se poursuit et se disperse tranquillement sous la présence à peine allégée des forces de l’ordre…

Les suites ne tardent pas : Eric, responsable de l’Union Solidaires (adhérente au CAT) est convoqué  quelques jours après au commissariat de Tours (audition repoussée au 15 mai) par le commissaire dirigeant le commissariat de Tours. Puis c’est le tour de notre camarade blésois d’être convoqué sur la base uniquement d’observations visuelles d’un seul fonctionnaire en tenue : pas un témoignage, pas une photo, pas une vidéo n’atteste qu’il ait été porteur du moindre oeufs de peinture. Pire, continuant dans la foulée de l’application ultra répressive de la Ioi n° 2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public et de sa circulaire, le policier conduisant l’audition remet à la fin de celle-ci, une convocation pour ce motif à notre camarade blésois alors que jusqu’à maintenant de simples rappels à la loi étaient de mise ! S’y ajoute la dégradation volontaire des tenues des fonctionnaires de police : des dégradations à… la peinture à l’eau ! C’est pourquoi il est important d’être nombreux ce 9 septembre à partir de 13h30 devant le Palais de justice afin de dénoncer cet énième déni de justice : si la seule décision que nous attendons est nécessairement la relaxe, celle-ci n’est pas acquise. Aussi les militant-es et organisations souhaitant soutenir financièrement ce camarade peuvent prendre contact avec le CAT.

Lire en complément Un militant antifasciste convoqué au tribunal suite à la manifestation du 6 avril et le témoignage de notre camarade Répression judiciaire suite à la manif antifasciste du 6 avril.

Que penses-tu de cet article ?
  • Très intéressant (0)
  • Intéressant (0)
  • Utile (0)
  • Dispensable (0)
  • Sans intérêt (0)

Articles connexes